Ok, on déconfine depuis lundi matin. Nous revoilà à gambader un peu plus librement dans la nature et dans nos villes. Ok, on prête moins l’oreille au nombre quotidien sinistre des morts (plus de 27000 quand même…). Ok, l’activité économique reprend. Ok, on a bien compris qu’il fallait désormais se balader avec un masque. Ok, les écoles redémarrent tout doucement. Bref, la vie redémarre.

Vous le savez bien, une actu chasse l’autre. Souvenez-vous en 2015, on embrassait les policiers dans la rue. C’étaient nos héros des attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan. Deux ans après, un groupe de manifestants jette un cocktail molotov dans un véhicule de police. La suite, vous la connaissez car la défiance vis à vis des forces de l’ordre s’est fortement accentuée avec les manifestations des gilets jaunes. Il ne m’appartient pas de juger cette défiance. En revanche, je trouve qu’on a la mémoire parfois un peu courte dans notre beau pays.

Alors il ne faudrait pas que dans six mois, un an, deux ans, on oublie tous ces soignants qui sont encore mobilisés aujourd’hui. Il ne faudrait pas qu’on oublie qu’ils travaillent souvent avec un manque évident de moyens, et ce depuis longtemps. Il ne faudrait pas qu’on oublie que les services d’urgences sont régulièrement victimes d’agressions. C’est quand même dingue d’être agressé alors que vous sauvez des vies et que vous venez en aide aux gens. Il ne faudrait pas qu’on oublie la formidable réactivité dont les services hospitaliers ont fait preuve face à la montée en puissance de l’épidémie. Il ne faudrait pas qu’on oublie que notre pays a un système de santé unique au monde, dans lequel à peu près tout le monde peut se faire soigner quelque soient ses ressources financières.

Je ne suis pas payé par le secteur hospitalier. J’ai réalisé ces séries de portraits de mon propre chef. Je ne suis pas spécialiste ni naïf et il y a certainement un tas d’améliorations à faire dans notre système hospitalier, tout comme dans la police ou l’armée. Vous les avez applaudis tous les soirs à votre fenêtre. C’est bien et c’est facile, mais ce n’est pas fini. Pensez non seulement aux médecins, aux réanimateurs, aux infirmières, mais aussi à David, qui désinfecte toute la journée les couloirs des urgences, à Aurélie qui prépare les kits d’intervention pour les véhicules du Samu, à Sarah qui accueille les familles des patients admis au décochage chirurgical des urgences ou encore à Mathias qui fait la toilette des patients Covid+ intubés en réanimation aux urgence. Ces gens là sont tout aussi indispensables. Sylvain Tesson dans le Monde daté du 28/04, les a appelé les invisibles.

Ne vous contentez pas de les voir, mais regardez-les, croisez leurs regards pour ne pas les oublier trop vite…

2 commentaires sur « Ne les oublions pas trop vite… »

  1. Je suis contente d’être représenté dans votre documentaire et surtout très fière de montrer que nous sommes tous mobilisées dans cette période difficile. Merci à vous de nous soutenir dans ce moment où nous en avons le plus besoin.
    Merci au samu de nous avoir accueilli comme il se doit pour que nous puissions accomplir nos tâches dans la joie et bonne humeur… Merci aux chefs de services supers et indispensables dans cette situation exceptionnelle.
    Solidaire et ensemble.
    Nous sortiront de cette pandémie…..
    Jenny

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s