Rencontre avec François Revol du Théâtre du Nord : « Nous sommes partagés entre la joie de retrouver le public et la crainte qu’il ne soit plus au rendez-vous »

NOTRE SAGA DE L’ÉTÉ : « Quoi de neuf sous la Covid-19 ? »

Texte : Céline Plunian / Photo : Barbara Grossmann

Le Théâtre du Nord est aux anges. La veille de notre rencontre, il a ouvert ses portes à une poignée de spectateurs pour le deuxième filage de la pièce de Tiphaine Raffier « la réponse des hommes » (privée de festival d’Avignon annulé – encore et toujours – à cause de la crise). François Revol, le directeur technique de la célèbre institution de notre Région, nous a partagé ce vrai bonheur et ce nouveau tournant dans la vie post-confinement du Théâtre du Nord.

Qu’est-ce que la crise du Covid-19 – et le confinement – a bouleversé au Théâtre du Nord ?

La dernière représentation de la saison a eu lieu le 16 mars. Je me rappelle bien : c’était la pièce de Joël Jeanneteau. Alors que nous devions faire salle comble, nous avons appris la restriction à 100 personnes : il a fallu l’annoncer à chaque spectateur. Finalement, nous avons joué le soir même face à moins de 100 personnes. Ce fut le premier signal fort de cette crise : on s’est dit qu’on allait avoir du mal à retrouver le public et qu’on ne pouvait pas jouer tous les soirs dans de telles conditions. Le lendemain, on apprenait la fermeture de toutes les salles de spectacle.

Nous avons donc annulé toutes les autres représentations et remboursé les spectateurs. La période de mi-mars à fin juin est la période la plus importante au Théâtre du Nord.

On n’a pas envie de revivre cela.

Et personnellement ?

En tant que directeur technique, je suis au cœur du sujet. Afin de respecter les conditions sanitaires, j’ai dû gérer une somme considérable d’écrits et de règlements. Il a fallu les comprendre et voir ce qu’on allait en faire. Pour nous entraider, nous avons monté un réseau de directeurs techniques.

Le choix du Théâtre du Nord est de faire le plus simple possible : être dans le respect de la réglementation sans sombrer dans la peur.

Quelles initiatives ont été prises pour affronter cette crise inédite ?

Pendant le confinement, nous avons été les plus attentifs possibles au bien-être de chaque collaborateur et nous avons cherché à ce que personne ne souffre économiquement. Le confinement a été une chose, le déconfinement en est une autre. Il faut assumer le contrecoup, se remettre au travail, se rassurer soi-même et les autres, faire face à une inquiétude générale… Sans oublier la surcharge de travail : il faut faire autant, mais en moins de temps.

Nous avons vite rouvert notre école de comédiens et d’auteurs de théâtre et repris nos ateliers de construction de décor pour ne pas retarder la production des spectacles à venir. Le Théâtre du Nord a été très présent sur les réseaux sociaux : il ne faut pas perdre le lien avec les spectateurs.

Tous les scénarii de reprise sont prêts, mais il nous manque notre cœur de métier : celui d’accueillir les spectateurs.

Comment envisagez-vous la reprise au Théâtre du Nord ?

Nous avons dû nous adapter. Il n’y aura pas d’abonnement, nos spectacles sont ouverts à la réservation de façon progressive d’un mois sur l’autre. Cela permettra d’ajuster selon la jauge de spectateurs possible en cours de saison. Et pour garder l’avantage financier comme le proposaient les abonnements, nous lançons notre carte « 4 fauteuils à tarif réduit », à utiliser en une seule ou plusieurs fois.

Dès septembre, le Théâtre du Nord ouvrira donc ses portes. Nous commencerons la saison à Tourcoing avec un week-end jeune public autour du conte du Petit Poucet. Mais le premier vrai rendez-vous test sera le spectacle « Kadoc » de Rémi De Vos et Jean-Michel Ribes. Nous avons hâte.

Bien sûr, il faut respecter le protocole sanitaire. On a conscience que pour les comédiens jouer devant un public séparé et peut-être masqué sera bizarre. Le masque cache une partie des palettes des émotions. Et difficile sur scène d’imaginer le respect des gestes barrières.

Et demain, qu’est-ce qui va changer pour le Théâtre du Nord ?

Nous avons envie de plus de souplesse. Nous avons beaucoup réfléchi sur la relation du Théâtre du Nord avec le public avec l’envie d’être au plus près de leurs besoins et leurs attentes.

Pendant le confinement, nous avons assisté à des représentations filmées, à des répliques données à distance… Nous sommes conscients que les restrictions sanitaires peuvent faire perdre quelque chose aux spectacles.  Il ne sera pas toujours possible de faire « des spectacles coronavirus-compatibles ». : le spectacle vivant doit rester vivant.

Plus d’information : www.theatredunord.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s